Big data Paris, c’est pas fini !

Publié par Data4everybody le

Lundi 12 Mars au Palais des Congrès de Paris, 9h…C’est le coup d’envoi pour le Forum et Salon Big Data Paris 2018 !

Oui, mais quels bénéfices j’en tire pour mon usage quotidien, moi. Sur mon desktop…et bien sûr mon inséparable mobile. Cela tombe bien: la démocratisation de la donnée est la thématique de cette année au cas où cela vous aurait échappé.

Donc, téléchargeons le Guide de survie du Big Data Paris 2018 ci-dessous (bigre, on appréhende un peu tout de même!).

Guide-du-big-data-2017-2018

On commence avec l’allocution d’ouverture du Secrétaire d’Etat au Numérique, Mounir Mahjoubi, et rappelons-le, entrepreneur, ancien Président du Conseil du Numérique sous la présidence Hollande avant de rejoindre la compagne d’E. Macron pour en diriger la stratégie numérique.

Sa déclaration sur France Culture il y a 48h : « L’éducation numérique, c’est tout au long de la vie !  » (cliquez pour écouter en podcast).

On veut bien le croire, nous qui suivons le Big Data Paris tous les ans et nous immergeons des nouvelles avancées d’une année sur l’autre…eh bien, nous n’en revenons pas des progrès effectués. Le numérique en tant que vecteur de transformation des organisations, des modes de travail, des faits de société, et accélérateur des changements de comportements aussi.

En somme : « Je veux faire disparaître la naïveté face à l’ordinateur. L’ordinateur ne fait rien si vous le contrôlez, mais pour le contrôler il faut le comprendre ».

Le ton est donné. Nous extrapolons-même : cette naïveté doit cesser aussi face à la donnée. En effet, à quoi nous sert-elle si elle reste muette pour la plupart d’entre nous.

Ce sera notre fil rouge : ce matin, nous allons parcourir ce salon à la recherche non pas des avancées de l’interprétation de la donnée pour le business – ça n’est pas une nouveauté – mais à la recherche des avancées en matière de démocratisation de la donnée pour Monsieur et Madame Toulemonde.

  • Qu’est-ce qui est fait, pour nous humbles humains – avec un seul cerveau de seulement 100 milliards de neurones.. – pour nous permettre de mieux appréhender les données, dont, rappelons-le, nous sommes originateurs. Mais hélas ! nous avons naturellement peu d’appétence pour ce matériau ‘invisible’ à nos yeux, et le bénéfice de leur interprétation nous apparaît si faible à l’heure actuelle – alors qu’il pourrait être beaucoup plus important pour la vie quotidienne.
  • Quelles sont les avancées pour nous permettre de changer notre idée de la donnée, notre approche, notre relation à la data ? Afin que son sens nous parle bien davantage qu’à l’heure actuelle, que tout un chacun puisse jouer avec elle. L’on peut dire qu’aujourd’hui, elle est perçue dans un contexte plutôt négatif dans l’inconscient populaire, encore bien pétri de doutes et de défiances – souvent à juste titre.

Les témoignages sur les use cases et business cases confirmeront les études de faisabilité de 2017, à savoir que nous sommes bel et bien sortis de la phase de Proof of concepts* (POC) pour passer à la phase de mise en production des usages des technologies du Big data.

Bien sûr, en réponse aux craintes des individus, il sera question de renforcement des dispositifs de protections : GRPD (Directive Européenne de Protection des Données à Caractère Personnel), e-privacy (pour les opérateurs telecoms , les 1ers acteurs visés par la protection des données privées !).

L’application prochaine de la GRPD prévue le 25 mai fait crépiter les laptops et les médias, par l’étendue de sa portée : les entreprises, concernées en France ou à l’international, sont celles qui recueillent des données individuelles de Monsieur et Madame Toulemonde sur ou mobile. Autant dire tous les petits libre-service de votre coin de rue, qui vous demandent une fois à la caisse : « Vous avez la carte du magasin ? »…  Ainsi que votre boutique de vêtements, si elle a installé des bornes de reconnaissance clients à partir du smartphone de ce dernier… Ou des miroirs connectés permettant le partage de votre dernier essayage en cabine via la connexion Facebook (les stores connectés, vous en avez déjà entendu parlé, sans doute). Le périmètre éligible s’étend et s’étendra à l’infini au gré des innovations d’usage à venir !

Ensuite, place aux méthodes et avancées de la démocratisation des data à proprement parler. Grâce à l’intelligence artificielle, au machine-learning qui apportent autant d’assistance et d’auto-guidage aux utilisateurs non-experts de la donnée. Enfin, n’oublions pas l’apport gigantesque du visuel, du design et de l’ergonomie, facteurs démocratisant  par excellence, et permettant à tout usager profane de se laisser guider par sa seule intuition et son seul sens de la perception. Celui-ci ne doit pas pour autant être égaré par des graphes ou des représentations qui ne seraient pas pertinents ou inaccessibles dès le premier abord.

En résumé, notre thématique data 2018 est bien #libérez #délivrez ! Tiens, un refrain déjà entendu…

*POC: réalisation expérimentale concrète et préliminaire, courte ou incomplète, illustrant une certaine méthode ou idée afin d'en démontrer la faisabilité. Phase située très en amont dans le processus de développement d'un produit ou d'un process nouveau et indispensable dans la vérification d'un apport innovant ou de nouvelle technologie(s).
Follow me

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *